Translate

News

mercredi 3 octobre 2018

échographie sur smartphone puce de silicium

Echographie sur smartphone avec une puce de silicium

Echographie sur smartphone avec une puce de silicium


échographie sur smartphone génère un tour de financement de 250 M $.
(Bloomberg) - Butterfly Network, une société en plein essor d’imagerie médicale, a levé 250 millions de dollars lors d’un nouveau tour de table.

Echographie: Les appareils à ultrasons utilisent traditionnellement des cristaux piézoélectriques pour générer des ondes sonores qui créent ensuite des images du fonctionnement interne du corps. Butterfly remplace ces cristaux par une puce de silicium, ce qui permet également à un seul capteur de faire le travail de plusieurs attachements pour ultrasons.

John Martin, le médecin en chef de Butterfly, se souvient de jours passés à courir autour de l’hôpital à la recherche d’un appareil à ultrasons pour examiner ses patients. Il espère que la QI résoudra ces problèmes. «Plus tôt un médecin peut obtenir une imagerie diagnostique pour aider à la prise de décision clinique, plus vite vous obtenez le traitement», dit-il. «Tout le monde comprend ça. Maintenant, une échographie va être dans ma poche. "

Prix Nobel de médecine 2018

Prix Nobel de médecine 2018 à un Américain et un Japonais pour leurs travaux sur l'immunothérapie.

prix Nobel de physique et chimie


Pour le prix de physique, SR avance que l’Académie royale des sciences pourrait par exemple récompenser des travaux sur les boîtes quantiques, des nanostructures de semi-conducteurs utilisés dans l’informatique, la composition de cellules photovoltaïques, l’imagerie médicale…

Pour le prix de chimie, un éternel favori de 96 ans, John Goodenough, pourrait enfin se voir récompensé pour l’invention des batteries lithium-ion présente dans les smartphones, les ordinateurs et les véhicules électriques.

Chaque prix Nobel est doté de 9 millions de couronnes (871 000 euros).

Viandes rouges charcuteries Cancers

Viandes rouges, charcuteries et cancers 


L’association de la consommation de viandes rouges ou transformées (charcuteries) et d’une augmentation du risque de cancer du côlon et du rectum est jugée convaincante.

L’augmentation du risque de cancer colorectal est de 29 % par portion de 100 g de viande rouge consommée par jour et de 21 % par portion de 50 g de charcuterie par jour.

Les mécanismes possibles comprennent: l’apport de sels nitrités par certaines charcuteries ; la production de composés N-nitrosés cancérogènes dans l’estomac et par les bactéries du microbiote colique ; la production de radicaux libres et de cytokines pro-inflammatoires liée à un excès de fer héminique et d’amines hétérocycliques liées à la cuisson à forte température.

En France, la consommation moyenne de viandes rouges chez l’adulte est de 370 g par semaine.
La consommation moyenne de charcuteries est de 270 g par semaine.

Sel aliments salés et cancers

Sel, aliments salés et cancers 


La relation entre consommation de sel, d’aliments salés et augmentation du risque de cancer de l’estomac est jugée probable.

Les principaux mécanismes impliqués sont des altérations de la muqueuse gastrique (atrophie et métaplasie intestinale), et la synergie avec des cancérogènes (composés N-nitrosés) et d’autres facteurs de risque de cancer de l’estomac (infection par Helicobacter pylori).

En France, chez les adultes, la moyenne des apports totaux en sel est estimée à 8,5 g/j (8,8 g/j chez les hommes et 6,4 g/j chez les femmes).

Actuellement 67 % des hommes et 26 % des femmes auraient des apports supérieurs ou égaux à 8 g/j et près de 25 % des hommes et 5 % des femmes des apports journaliers supérieurs à 12 g/j.


Recette Pomme de terre avec viande, en ajoutant du sel ou poivre, facile à préparer à la maison,
les  limaces de mer  sont-elles ou non comestibles,