Translate

News

lundi 19 novembre 2018

Constipation de l’adulte Causes et Traitements

Constipation de l’adulte


 Définition: Émission de moins de 3 selles par semaine (à évaluer sur 15 jours), selles dures et/ou difficultés d’exonération (efforts de poussée, sensation de gêne lors de leur passage, évacuation incomplète, temps d’exonération allongé, manœuvres digitales).
1) Chronique : si troubles depuis plus de 6 mois.
2) Distale (ou terminale) : par un dysfonctionnement des sphincters anaux, les causes :
- anisme (absence de relaxation du sphincter strié de l’anus à la défécation),
- rectocèle,
- neuropathie.
3) De transit (ou de progression) : ralentissement du transit colique jusqu’à l’ampoule rectale.

LES ÉTIOLOGIES: 
Métaboliques 
• Diabète, hypothyroïdie, hypercalcémie
• Hypomagnésémie, hyperuricémie
• Insuffisance rénale chronique
• Phéochromocytome, glucagonome, porphyries
• Hypopituitarisme
Neurologiques 
• Parkinson, sclérose en plaques
• Tumeur, traumatismes médullaire ou pelvi-périnéal
• Maladie de Hirschsprung, maladie de Chagas, pseudo-obstruction intestinale chronique
• Neuropathie périphérique
• Accident vasculaire cérébral
Mécaniques 
• Cancer colorectal
• Sténose (diverticulaire, ischémique, maladie inflammatoire chronique intestinale)
• Compressions extrinsèques (tumeur post-chirurgicale)
• Fissure ou fistule anale, rectocèle
• Endométriose
Autres Causes:
• Dépression, démence, psychose
• Grossesse
• Myopathie
• Maladies systémiques (amylose, sclérodermie).

1) Traitements de Première intention Mesures:
 hygiénodiététiques
Règles alimentaires : 
– ration en fibres suffisante pour augmenter le volume des selles (15 à 40 g/j) sans accroître le ballonnement abdominal (5 fruits et légumes/j par ex.) ;
– boissons abondantes ;
– pratique d’une activité physique (effet psychologique positif).
Instaurer un rythme de vie fixe :
– aller à heures régulières aux toilettes, surtout après le petit déjeuner (réflexe gastrocolique) ;
– limiter les efforts de poussée ;
– ne pas refouler une envie (risque de rétention rectale puis neuropathie pudendale d’étirement et altération du schéma de commande).
Laxatifs oraux En cas d’inefficacité des mesures précédentes.
Mucilages ou laxatifs de lest à base de gomme :
– augmentent la masse fécale ; même efficacité que l’enrichissement en fibres de l’alimentation ;
– peuvent provoquer des ballonnements.
Laxatifs osmotiques :
– hydratants (macrogol), sels de magnésium
– accélèrent la vidange colique, augmentent la fréquence des selles, modifient leur consistance et réduisent les efforts de poussée ;
Laxatifs stimulants :   à base d’anthraquinones, bourdaine, séné, stimulent de grands mouvements moteurs sur le côlon et les sécrétions ;
Laxatifs par voie rectale
Glycérine et lavements évacuateurs : induisent un réflexe exonérateur ; recommandés chez les personnes âgées et les patients atteints de maladie neurologique .

2) Traitement de 2e intention:  En cas d’échec du traitement et en l’absence de cause organique, examens complémentaires : MAR (manométrie anorectale) et TTC (temps de transit colique).
Si MAR et TTC normaux : 
constipation fonctionnelle rassurer le patient, poursuivre le traitement initial.
Si MAR anormale, TTC normal :
constipation distale laxatifs osmotiques ou mucilages, émollients rectaux.
Si MAR normale, TTC allongé : 
constipation de transit laxatifs émollients ou mucilages, éventuellement laxatifs stimulants sur courte période.l

Aucun commentaire: